AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresConnexion
Pensez à renouveler votre inscription (feuille d'inscription)

Partagez
 

 Résumé des Épisodes précédents

Aller en bas 
AuteurMessage
Zortanos le Voyageur
Président d'honneur
Président d'honneur
Zortanos le Voyageur

Date d'inscription : 25/03/2005

Résumé des Épisodes précédents Empty
MessageSujet: Résumé des Épisodes précédents   Résumé des Épisodes précédents EmptyLun 3 Déc 2018 - 1:13

Printemps 447

Couronnement glacial
[24/11/18. Dosezhno, Elrik, Galeon, Keton, Théodoria]

Introduction.
Théodoria annonce au groupe que l’Empereur Kandar Moondril requiert la présence des PJs pour assister aux célébrations du Sacre officiel de Lughvar Aarunsun en tant qu’Empereur des Terres Froides.

Les PJs embarquent donc à bord du Traqueur d’Etoile et mettent le cap sur Björglund, la Capitale de l’Empire dhoûrk

La recherche de Lhukarémnès.
Pendant le trajet, Théodoria informe les PJs d’une menace qui pourrait planer sur Gandorâh dans un proche avenir : Un puissant magicien du nom de Lhukarémnès est actuellement activement recherché car il pourrait nourrir le sombre dessein de rétablir la Religion Sedeth qui fut vaincue au prix de très lourdes pertes pour l’Astélie. Il serait en train d’écumer les bibliothèques du Monde Connu à la recherche d’indices qui lui permettraient de localiser la tombe du légendaire Scribe Architecte Héterphérès, qui demeure introuvable depuis plus de deux millénaires.

Selon la légende, l'histoire d’Héterphérès ne s’arrête pas avec sa mort. Un siècle plus tard, il est élevé au rang de demi-dieu, Protecteur des Scribes et des Médecins. De là, son importance continue de croître. Il aurait été ressuscité par Usaïma, la Déesse Araignée des Bâtisseurs, avant de rejoindre la Cour de Manashkar, le Dieu de la Connaissance. Le culte rendu à Héterphérès devient si important qu’il accède finalement au rang de Divinité majeure. Bientôt, l’adoration d’Héterphérès ne se limite plus à sa patrie d’origine : on trouve ses fidèles jusqu’en Protée, où il s’allie au dieu de la médecine, Epimoni, pour résister à la pression palenthine. Quelques siècles plus tard l'Empire palenthin lui-même lui accorde la liberté en échange de son soutien. Le culte d’Héterphérès résiste tant bien que mal au débarquement qedaar. Il finit néanmoins par disparaître lors de la révolution kaasahr au Ier siècle Après le Prophète.

Théodoria ajoute que Lhukarémnès n’est pas un Mage comme les autres ; il a lu le Livre de Manashkar. Sa puissance magique n’a pas de comparaison, à part peut-être celle du Prince Divin Kandar Moondril, le Fils de Klaspios. Il est donc prudent d’envisager qu’il réussisse là ou des milliers de mortels ont échoué. Et s’il parvenait à localiser le tombeau d’Héterphérès, à supposer qu’il s’agisse bien de ses plans, qu’en ferait-il ? Serait-il en mesure de restaurer l’Ordre Sedeth ? Il est possible que telles soient ses intentions.

Mais pour le moment, Lhukarémnès demeure introuvable …

Théodoria termine son exposé par une question épineuse : Si la puissance magique de Lhukarémnès n’a de comparaison que celle du Prince Divin Kandar Moondril, le Fils de Klaspios, qui est mort sur le Mont Karadéus désintégré par le Dieu du Chaos, Melgaroth, où trouver, aujourd’hui, une Puissance comparable qui permette de lui tenir tête ? Qui pourrait détenir une telle Puissance ?



Festivités impériales.
Dans le courant du Printemps 447, de nombreuses festivités en l’honneur de l’Empereur Lughvar Aarunsun sont données à la Cour de Björglund ainsi que dans toute la Cité et ses alentours.

Il s’agit principalement de démonstrations de l’art guerrier des Dhoûrks et de leur force exceptionnelle : Tir à l’arc, Lutte dans la boue, Lancer de hache, Lancer de tronc, Bras de fer.

A chaque représentation, l’Empereur Lughvar Aarunsun apparaît paré de la Couronne d’Or des Jeux Karadéiques comme pour rappeler qu’il est le chef de la Nation qui a remporté la dernière édition. A chaque fois, il prononce un discours vantant la supériorité de l’Art de la Guerre dhoûrk que « son peuple » a démontrée avec éclat en remportant la dernière édition des Jeux Karadéiques lors de laquelle il a lui-même obtenu la victoire à l’Epreuve d’Equitation. Sans être fanfaron, Lughvar se montre fier et exubérant à l’image du peuple dont il s’apprête à prendre officiellement la tête. Il n’hésite pas non plus à parler des décisions qu’il compte prendre pour les Terres Froides et de l’avenir vers lequel il souhaite les conduire, quel que soit l’avis des autres Dirigeants gandoriens sur ce sujet. Il entend ainsi affirmer qu’il vole désormais de ses propres ailes et que personne, pas même les Astéliens, n’auront d’Influence sur sa Régence

Les journées de festivités s’achèvent par des nuits de beuverie qui finissent le plus souvent en bagarres générales …





Enjeux politiques d’un Couronnement impérial.
En attendant l’arrivée de tous les invités, Théodoria profite des moments d’accalmie entre les festivités pour expliquer aux PJs les différentes intrigues qui pourraient se nouer autour des nombreuses Hautes Personnalités attendues. Il sera sans doute nécessaire à chacun de faire preuve d’une grande prudence tant certaines situations pourraient rapidement dégénérer …

Clementius Palenthus, par exemple, débarque en territoire hostile. Les Dhoûrks détestent les Palenthins. Un Empereur palenthin n’a pas été vu en Terres Froides depuis deux millénaires et cet événement n’est pas un très bon souvenir pour les Dhoûrks. Certains radicaux pourraient vouloir se venger sur lui des siècles d’esclavage qu’ils ont subi à cause de l’expansionnisme palenthin …

L’Archiduchesse de Winenground Héliane Longsword rayonne lors de ces festivités. Elle dispose désormais d’une influence politique impressionnante. Mère de l’Empereur des Terres Froides et proche Amie de l’Empereur d’Astélie, elle affiche ostentatoirement un sourire radieux et plaisante avec tous les invités comme si elle était chez elle. On murmure cependant que parmi, ceux-ci, tous ne lui veulent pas que du bien, mais très téméraire serait aujourd’hui celui qui voudrait lui faire du mal …

Ysériel Dhosediel. Il est rare de voir des Elfes en Terres Froides. Les Dhoûrks furent longtemps engagés contre eux dans une guerre sanglante et sans merci. Et aujourd’hui encore, ils ne se lassent jamais de rappeler la manière écrasante dont ils les battirent jadis. Le Roi Ysériel a la « chance » de gouverner des Elfes qui ne furent pas impliqués dans ce conflit mais en Terres Froides tous les Elfes sont considérés avec méfiance. On les dit même moins dignes de confiance que des Sorciers, ce qui n’est pas peu dire pour les Dhoûrks ! Inutile donc de préciser que le Roi des Elfes ne doit pas s’attendre à un séjour en Terres Froides des plus accueillants …

Kandar Moondril. L’amitié qu’il affiche avec Héliane Longsword, la mère de l’Empereur des Terres Froides, sert manifestement très bien sa réputation auprès des Dhoûrks. Il est accueilli à Björglund avec tous les honneurs d’un bienfaiteur qui a offert à ce pays un Empereur légitimé par le Seigneur Lugh en personne et qui a su rassembler, malgré ses origines, tous les Clans des Terres Froides.

Lughvar Aarunsun. Malgré sa légitimation officielle par le Grand Seigneur de la Guerre et le fait qu’il se soit acquitté de toutes les exigences de ce dernier pour recevoir officiellement la couronne des Terres Froides, le futur Empereur semble toujours fragile. Il y a un an il gisait agonisant au milieu d’une forêt elfique, assassiné par son propre peuple. Et aujourd’hui il s’apprête à en prendre le commandement alors que pour moitié, il le haïssait encore lors des derniers Jeux Karadéiques. Pour durer il lui faudra donc gagner la confiance de son peuple et lui faire oublier son nom de naissance, Longsword, son surnom, « le Stratège d’Haëroon » et son allégeance, toujours d’actualité, à l’Empereur d’Astélie. Ce sera certainement très difficile. Il n’est sans doute pas encore à l’abri des manœuvres de ses ennemis qui préfèrent peut-être le sang à la parole divine et qui souhaitent voir un vrai dhoûrk sur le trône des Terres Froides plutôt qu’un « Astélien maquillé en Lughar … »

Lagertha Wolferson, la future Impératrice des Terres Froides a-t-elle fini par accepter son mariage forcé ? Ne songerait-elle pas secrètement à s’allier une nouvelle fois aux assassins de son époux afin de rétablir la lignée Wolferson sur le Trône des Terres Froides ?

La Présence de Manora Orenson à Björglund ne serait donc peut-être pas un hasard. Bien qu’il n’y ait aucune preuve, Théodoria la suspecte très fortement d’être à l’origine du complot qui faillit coûter la vie à Lughvar Longsword lors des Jeux Karadéiques de Dhonien. Ne serait-elle pas en train de préparer une autre manigance à l’encontre du futur Empereur des Terres Froides ?





Un Druide dans la ville.
Alors que les festivités précédant la Cérémonie de Couronnement battent leur plein dans la capitale impériale, Théodoria réunit les PJs et les informe que le Réseau Kahilien s’inquiète des allées et venues de la Druidesse Manora Orenson. Elle aurait été aperçue chez un Apothicaire qui a refusé de révéler les raisons de sa visite. L’Ordre des Messagers craint qu’elle ne prépare un nouvel attentat à l’encontre de l’Empereur Lughvar Aarunsun. L’Apothicaire suspect se nomme Gunther. Sa boutique se situe dans une ruelle du quartier du port qui donne sur la Place des Sirènes.

A la mention de ce nom, Keton révèle qu’il pourra sans doute aider Théodoria à faire parler cet Apothicaire auprès duquel il a justement été missionné par le Collège des Arts Occultes au sujet d’une affaire commerciale non réglée.

C’est alors que Galeon annonce au groupe qu’une cargaison embarquée à Basseclaire vient de lui être dérobée à bord du Traqueur d’Etoile. Il souhaiterait que Théodoria l’aide à retrouver ses marchandises qui vont sans doute être revendues sur le Marché noir de Björglund.

Mais après une rapide enquête à bord du navire du Capitaine, il apparaît que c’est Galeon lui-même qui a ordonné à Alfred, un homme d’équipage, de jeter par-dessus bord les deux fameuses caisses qu’il prétend avoir perdues. Galeon finit par avouer qu’il est effectivement à la recherche d’une cargaison volée mais qu’il avait ordre de la garder à l’abri des regards indiscrets. Il ne faisait pas suffisamment confiance au groupe pour leur dire la vérité. Il consent cependant à préciser que les deux caisses qu’il recherche contiennent des instruments de navigation particulièrement précieux.

Dosezhno, quant à lui, indique qu’il est porteur d’un message du Roi Ysériel à l’attention de Théodoria. Celui-ci attend la visite d’un Emissaire de la Reine de Cristal dont le navire devait arriver ce matin mais il n’est toujours pas en vue des côtes. Le Roi est très inquiet et il voudrait que Théodoria se renseigne officieusement.

En réponse aux interrogations de l’Elfe, Elrik dit avoir hélas de bien mauvaises nouvelles : les Nivans ont découvert les débris d’un navire en mer et les cadavres de trois Elfes de Cristal sur la plage à quelques kilomètres au nord de Björglund. Selon sa hiérarchie il est probable que le navire elfe ait été attaqué par des Druides de Glace qui pourraient chercher à s’infiltrer à la Cour de l’Empereur pour l’assassiner pendant les festivités. Les Nivans ont chargé Elrik de démasquer ces traîtres et de les éliminer.

Théodoria révèle alors que le Réseau Kahilien suspecte Manora Orenson de travailler désormais pour la Dame Blanche. Suivre sa piste permettra peut-être de remonter jusqu’aux Druides de Glace infiltrés. Leurs manigances sont très probablement liées.

Les PJs décident donc d’aller interroger Gunther l’Apothicaire







Gunther l’Apothicaire.
Gunther est un vieux marchand d’une cinquantaine d’années, tenancier d’une échoppe d’herbes médicinales tout à fait classique. Il a assez bonne réputation dans la cité, notamment grâce à certaines herbes magiques qu’il met à disposition de sa clientèle. Il aurait même des Druides parmi ses habitués !

Sa boutique se situe dans une ruelle du quartier du port qui donne sur la Place des Sirènes, une place au centre de laquelle trône une fontaine décorée de trois sirènes sculptées.

Bien qu’accueillant et très souriant au premier abord, il se montre tout de suite mal à l’aise dès que les PJs abordent le sujet « Manora Orenson ». Il détourne la question du mieux qu’il le peut.

Devant l’insistance des PJs (et les menaces de Keton), il semble soudain terrifié et finit par avouer qu’il refuse de parler pour ne pas subir la « terrrrrrible Malédiction d’Handaros ! »

Il raconte qu’il a reçu la visite d’un Druide qui accompagnait un jeune enfant répondant au nom de Jördensønn. Lui aussi a posé tout un tas de questions sur Manora Orenson et Gunther a bien été obligé de lui répondre, dit-il en frissonnant comme si la visite du Druide lui avait laissé un mauvais souvenir. Mais quoi qu’il en soit, avant de repartir le Druide a été très clair : il lui a interdit de parler à quiconque de cette affaire sous peine d’être maudit sur treize générations par le Seigneur Handaros !

Le Druide et l’enfant sont descendus à la Taverne du Vieux Bouc à deux rues d’ici. Si les PJs veulent des réponses, ils n’ont qu’à eux-mêmes les lui demander. Mais Gunther refuse de prendre le risque de se mettre à dos un Druide de Séraphus !

Quant au paiement de son dû, il promet à Keton de le faire livrer à ses appartements au Château. Il s’excuse pour ce « petit oubli » mais il est débordé de travail. « Quand on a l’honneur d'avoir des Druides pour clients, l’ordre des priorité change quelque peu … »





Torfrid, le Tavernier du Vieux Bouc.
Le Vieux Bouc est une taverne modeste très fréquentée, majoritairement par des marins et des pêcheurs. C’est un endroit idéal pour celui qui souhaite se fondre dans la masse.

A leur entrée, les PJs sont hélés par le tenancier, un homme rondouillard et jovial d’une quarantaine d’années, nommé Torfrid. Il leur souhaite la bienvenue et les invite à s’approcher du comptoir pour passer commande.

Lorsqu’ils lui disent qu’ils sont à la recherche d’un Druide il s’exclame :
            « Ah les Druides ! On n’arrête pas d’en voir par ici ! Ma modeste échoppe est devenue un vrai repaire secret pour les Druides ! Ça s’fête non !? Tenez par exemple, pas plus tard qu’hier soir l’un d’eux est venu ici incognito pour rencontrer un enquêteur, un certain Olmar Quelque Chose je crois. Ils avaient l’air de comploter je ne sais quoi tous les deux. Ils sont sortis par la porte de derrière et j’l’es ai pas revus après ça … »

Lorsqu’ils précisent qu’ils recherchent un Druide avec un enfant, Torfrid confirme les avoir vus. Ils sont restés quelques jours dans son établissement. Il ne s’agissait pas du même druide que le précédent. Celui-ci s’est présenté sous le nom d’Eilgirr et l’enfant se nommait Jördensønn croit-il se souvenir. La taverne dispose d’une petite chambrette au grenier qui leur a tout à fait convenu, pour une somme modique bien évidemment ! « On respecte les Druides par chez nous ! » Ils sont partis ce matin en payant leur solde ; il ne sait pas où ils sont allés ensuite. « J’leur ai pas demandé hin ! C’est pas très poli de poser des questions à un Druide, hin ! Ils z’ont toujours une bonne raison de faire ce qu’ils font ! »





Mais où est donc Olmar Adizio ?
Lorsqu’ils retournent au château pour interroger l’Enquêteur de Klaspios au sujet de son escapade nocturne, les PJs tombent sur sa femme de chambre, Gudrun.

Lorsqu’ils lui demandent où est Olmar Adizio, elle prend un air horrifié et tombe à genoux aux pieds de Théodoria avant d’éclater en sanglots :

            « Oh Madame ! Pardonnez-moi, je vous en supplie ! J’ai complètement oublié ! Mais j’ai été débordée vous savez ! J’ai eu beaucoup de travail ! Il y a beaucoup d’invités et peu de serviteurs ! Je dois m’occuper à moi toute seule de douze chambres ! Et vous savez y’en a certains, c’est pas l’hygiène qui les étouffent ! Enfin je dis pas ça pour vous hin bien sûr, mais …

            « Maître Olmar ? Ah oui ! Veuillez m’excuser, je m’égare ! Il m’avait confié un message pour vous Madame mais j’ai complètement oublié de vous le transmettre ! Il est parti hier soir, il a dit qu’il rentrerait plus tard. Il avait rendez-vous avec un Druide au sujet d’une affaire de la plus haute importance. Il a dit qu’une menace planait peut-être sur la Cour et qu’il se devait d’en avoir le cœur net. Il devait rencontrer le Druide à la taverne du Vieux Bouc dans le quartier du port ! L’homme devait lui remettre d’importantes informations ! Mais Maître Olmar n’est pas rentré de la nuit ! Et à peine sortie de sa chambre un autre invité m’a appelée pour nettoyer ses appartements. Il était de mauvaise humeur car il avait renversé de la bière sur sa cape. Je me suis empressée de l’emmener nettoyer et après je n’ai plus pensé au message de Maître Olmar … Je suis tellement désolée ! Par pitié Madame ne me faites pas renvoyer ! J’ai besoin de ce travail ! J’ai quatre enfants à nourrir et une grand-mère vieillissante qui ne parvient plus à manger toute seule … par pitié Madame ! … »

Après avoir rassuré et congédié la servante, Théodoria tente de Localiser Olmar qu’elle trouve en fâcheuse posture, ligoté sur une chaise dans la pièce d’une demeure semblant en ruines. Sur une autre chaise à côté de lui, est assis un elfe de cristal, lui aussi ligoté. Tous deux ont le visage horriblement tuméfié et inondé de sang. Debout à côté d’eux quatre hommes à la carrure massive semblent les molester sans ménagement, tandis que de derrière un bureau moisi, un sorcier barbu aux longs cheveux blonds et vêtu d’une robe bleue azur leur montre avec insistance des objets qui ressemblent à des instruments de navigation et qu’il sort de deux caisses en bois ouvertes et posées sur le bureau. Galeon annonce qu’il s’agit des pièces qu’il recherche ; il doit absolument les récupérer …

La Localisation spirituelle indique une ruelle du quartier du port, non loin de la Taverne du Vieux Bouc au bout de laquelle se dressent les restes d’une ancienne demeure tombant en ruines. Olmar et l’Elfe se trouvent dans l’une des pièces du rez-de-chaussée encore entourée de ses quatre murs et dont le plafond est partiellement effondré.







La Chambre des Torturés.
Les PJs organisent rapidement une opération de sauvetage d’urgence. Ils savent qu’ils ne disposent pas de beaucoup de temps. Olmar et son compagnon d’infortune sont manifestement dans un piteux état et ne survivront pas encore très longtemps à la torture des quatre brutes.

Natalia propose de les accompagner. Ses talents de guérisseuse vont sans doute leur être utiles…

Les PJs s’approchent silencieusement de la demeure et positionnent leurs archers sur les toits alentour tandis que Dosezhno, sous sa Forme bestiale, fait une entrée fracassante dans la salle, prenant les brutes par surprise.

Mais les PJs croyaient n’avoir à faire qu’à un seul Druide Garou. Quelle n’est pas leur surprise lorsque les quatre brutes se changent à leur tour en Bêtes effrayantes !





Fight.
Dès le début du combat, la température chute drastiquement dans la pièce. Les murs et le sol commencent à se couvrir de givre.

Galeon, Elrik et Keton ciblent le Druide qui passe sous Forme Bestiale pour mieux encaisser leurs attaques. Puis il lance une vague de glace qui blesse sévèrement les PJs.

Natalia intervient. Elle tend les mains vers les PJs qui se retrouvent entourés d’une légère aura bleutée qui les protège contre le Froid. Puis elle soigne ceux qui sont les plus blessés. Ensuite, elle attaque magiquement le Druide, créant une sorte de tourbillon de glace autour de lui qui semble absorber son énergie élémentaire qui est aspirée sous forme de petits flocons de neige par le vortex.

Pendant ce temps, Dosezhno se bat au corps-à-corps avec l’un des quatre Guerriers Garous tandis que deux autres, d’un bond, traversent le plafond et se dirigent vers les PJs positionnés à distance.

Les PJs comprennent alors que le combat est bien mal engagé et qu’ils ont peu de chances de l’emporter …



Dénouement.
Mais alors que les deux Garous se jettent sur les Archers, Natalia les saisit au vol et les attrape par la gorge. Puis elle les lance au travers de l’un des murs de pierre de la salle. Ensuite elle saute en direction du Druide qui semble soudainement pris de panique.

Au même moment, la demeure, privée de l’un de ses murs porteurs, commence à s’effondrer sur elle-même et sur les PJs !

Dosezhno se saisit des deux prisonniers et, d’un bond, il quitte la maison pendant que les 
Séides de la Dame Blanche opèrent, eux aussi de leur côté, un repli stratégique …

Contre toute attente, et malgré la menace de se faire écraser, Galeon se précipite à l’intérieur de la maison et tente de récupérer le matériel volé. Comprenant ce qu’il tente de faire, Keton et Théodoria le suivent et l’aident à remettre les instruments de navigation dans les caisses. Ils parviennent finalement à sortir avant que la maison ne s’effondre sur eux.

Une fois en lieu sûr, Olmar raconte le piège dans lequel il est tombé : Le Druide avait prétendu détenir des informations sur un complot visant l’Empereur Clementius.

Quant à l’Elfe de Cristal, il ne répond à aucune question et lance des regards noirs aux PJs humains. C’est Olmar qui finit par expliquer que le Druide voulait qu’il traduise une carte écrite en elfe de l’est. Mais il a refusé de le faire.

Olmar ajoute, honteux, que le navire des Elfes de Cristal a été attaqué par sa faute. Sous la torture, il n’a pas pu s’empêcher de révéler leur arrivée au Druide. Il voulait que cela s’arrête et il pensait que les Elfes d’Ohana-Wanariel seraient en mesure de traduire les inscriptions de la carte. Il est sincèrement navré du massacre dont il est responsable et il s’excuse auprès de l’Elfe, qui l’ignore tout bonnement …

Par contre, les PJs ne découvrent aucun lien manifeste entre cette affaire et les manigances de Manora Orenson qui demeurent donc toujours obscures. A l’approche de la Cérémonie de Couronnement il y a donc de quoi s’inquiéter …







La Cérémonie de Couronnement.
Alors que les derniers Convives finissent de s’installer dans le Château de Björglund, le jour du Couronnement est annoncé.

La Cérémonie, fastueuse, se déroule dans la Grande Salle du Temple de Lugh. Les centaines de hautes Personnalités des Terres Froides et de tout Gandorâh qui ont eu la chance d’être invitées sont rassemblées dans ce hall immense dallé de noir et blanc et dominé par l’imposante statue du Seigneur Lugh qui, de ses quatre bras levés, semble défier quiconque de l’affronter en combat singulier. Au premier rang se tiennent côte à côte l’Archiduchesse Héliane Longsword et l’Empereur Kandar Moondril. La première semble particulièrement émue et verse quelques larmes, tandis que le second semble très fier de l’événement auquel il assiste, comme s’il l’avait lui-même organisé.

Le Grand Seigneur de la Guerre Virr Doldengen, quant à lui, préside le cérémonial. Lughvar s’avance et pose un genou à terre devant lui. Il jure fidélité aux Terres Froides et au Dieu de la Guerre dont il regarde la statue droit dans les yeux lorsqu’il prononce son serment. Virr pose alors la couronne impériale sur son front. Puis il promet à son tour d’engager toute la Religion de Lugh derrière l’Empereur Lughvar Aarunsun. Il décrète que tous ceux qui se proclameront ennemis de l’Empereur des Terres Froides déclareront également la guerre au Seigneur Lugh en personne et en subiront les mortelles conséquences.

La Cérémonie s’achève par les acclamations assourdissantes de tous les Dhoûrks présents dans la salle et les applaudissements, plus discrets en comparaison, des autres invités.

A l’extérieur du Temple, le Peuple est rassemblé et ovationne son nouvel Empereur avec une intense ferveur.

Lughvar Aarunsun traverse la foule avec, à son bras, son épouse, l’Impératrice Lagertha Wolferson. Ils rejoignent ensemble leurs montures et, suivis par tous les Invités, ils se dirigent au pas, en une longue procession, vers le Château. Tout le long du trajet, les habitants jettent des fleurs sur leur passage et les acclament avec frénésie. Les Terres Froides ont un nouvel Empereur légitime !

De retour au Château, l’Empereur Lughvar conduit tous ses Invités dans la Salle du Trône, sur lequel il prend place. Puis il appelle Dame Théodoria Leafstar et lui demande de s’approcher. La Chancelière d’Astélie porte un plateau en cuivre sur lequel sont posés un parchemin enroulé et une plume trempant dans un encrier. Théodoria Leafstar s’incline respectueusement devant l’Empereur des Terres Froides qui, après lui avoir lancé un sourire chaleureux, se saisit de la plume et appose sa signature au bas de la page. Ceci fait, il se relève et déclare, sous les applaudissements de la foule des Nobles rassemblés, que l’Empire des Terres Froides fait désormais officiellement partie du Conseil des Terres Unifiées de Gandorâh

Les PJs finissent par apercevoir Manora Orenson dans la foule. Mais elle ne semble avoir accompli aucun acte suspect pendant tout le déroulement de la cérémonie …





Epilogue.
Les PJs examinent de plus près les objets que Galeon tenait tant à récupérer :

                        Une barre de navire en bois, dotée de poignées en cuivre.

                      Une sorte de journal de bord constitué d’une cinquantaine de pages reliées à une couverture en cuir noir sur la face de laquelle est imprimé un symbole ressemblant à une tête de dragon stylisée. Il est écrit dans une langue inconnue dont les signes sont constitués de traits diversement agencés. Ceux-ci semblent issus d’un mélange entre l’ancienne écriture runique dhoûrk et celle cunéiforme des antiques empires de Pérégranie.

                      Une carte représentant une terre inconnue dont les inscriptions sont écrites dans une langue ressemblant vaguement à de l’elfique. Théodoria pense reconnaître le mot « Royaume ».

                        Un compas de navigation.

                        Un sextant.

                        Un astrolabe.

                        Une sphère armillaire.

En examinant le journal, Théodoria découvre qu’il a été rédigé par une créature mi-homme mi-lézard. Natalia met le groupe en garde. Cette connaissance n’est pas censée être en leur possession. Ils ne devraient pas chercher plus loin. Elle-même n’en sait pas plus mais elle est certaine que cette créature devrait rester inconnue de cette partie du monde

Finalement Natalia annonce qu’elle a l’intention de ne pas respecter le serment qu’elle a fait à Galeon. Elle avait promis de l’accompagner jusqu’à avoir payé sa dette de vie mais elle avoue au groupe qu’elle a reçu une vision en rêve probablement envoyée par Dame Niva lui indiquant que Galeon lui révélera le chemin qu’elle doit suivre pour atteindre son but. Il semble d’ailleurs que son destin ait été lié à celui des PJs lorsqu’ils l’ont découverte. En effet dans le courant de leur discussion, ils réalisent tous que la grotte dans laquelle reposait la jeune femme fut révélée exactement au moment ou se tarissait la vasque contenant le liquide qui la maintenait en vie. Elle serait morte si les PJs étaient arrivés seulement quelques jours plus tard. Natalia en conclut que la découverte de sa grotte par les PJs fut une manifestation de la volonté de Dame Niva et elle compte suivre la destinée que la Déesse lui a tracée …

_________________
Lorsqu'il disserte les sages s'abreuvent de ses paroles
Mais lorsqu'il fait silence, même les Oracles plongent dans l'incertitude.
Tel est Zortanos le Voyageur, dit le Sage Errant.
Revenir en haut Aller en bas
Zortanos le Voyageur
Président d'honneur
Président d'honneur
Zortanos le Voyageur

Date d'inscription : 25/03/2005

Résumé des Épisodes précédents Empty
MessageSujet: Re: Résumé des Épisodes précédents   Résumé des Épisodes précédents EmptyMer 30 Jan 2019 - 22:20

Eté 447

Un loup dans la nuit
[26/01/19. Elrik, Galeon, Keton, Théodoria]

Introduction.
Eté 447. Château de Rocsombre. Keton Moondril, Galeon Winstorn et Elrik Kligendal sollicitent, chacun individuellement, un rendez-vous auprès de la Chancelière Impériale d’Astélie Théodoria Leafstar pour des raisons apparemment bien différentes. Malheureusement, cette dernière n’a que très peu de temps à leur accorder car elle doit se rendre urgemment dans le Quartier de la Voie Maritime de Basseclaire.

Elrik annonce qu’il est envoyé par l’Ordre des Eclaireurs de Niva pour mettre en garde les autorités impériales contre la menace d’un Loup Garou qui rôderait dans les rues de Basseclaire. Il est à craindre qu’il s’agisse encore d’un Druide de Glace tentant de s’infiltrer à la Cour.

Keton raconte qu’il doit se rendre lui aussi dans le Quartier de la Voie Maritime, dans la Rue des Pendus pour retrouver un roman perdu par son Maître. Sa mission ne semble pas vraiment l’enthousiasmer jusqu’à ce que Théodoria l’informe que c’est exactement à cette adresse qu’elle se rend. L’homme en possession de l’ouvrage de son Maître vient d’être retrouvé mort. Théodoria souhaite évaluer les méthodes d’investigation de l’Enquêteur Impérial mandé sur place par la Chancellerie. Dans ce but, elle a demandé l’aide de l’Archiviste de Klaspios Maître Goubert.

Galeon n’a pas vraiment le temps d’exposer la requête qui l’amène à Basseclaire. La Chancelière Impériale estime avoir perdu assez de temps et lui demande de l’escorter jusqu’au port, ils parleront en chemin …



Rue des Pendus. La Scène du Crime.
Quand les PJs arrivent, ils sont arrêtés par la Garde Bleue qui protège le périmètre. Lorsqu’ils reconnaissent la Chancelière Impériale, les Factionnaires s’inclinent respectueusement et la laissent passer, elle et ses amis. L’un d’eux escorte le groupe au troisième étage de l’immeuble jusqu’à la porte de l’appartement dans lequel a été retrouvé le corps de la victime …

En entrant, les PJs découvrent un appartement modeste, meublé de manière austère. Dans la salle principale, au pied d’un bureau, ils aperçoivent une large tâche de sang séché indiquant sans doute l’endroit où gisait le corps. Mais celui-ci a manifestement été enlevé. Derrière le bureau se dresse une étagère sur laquelle sont disposés une vingtaine d’ouvrages. La fenêtre juste à côté donne sur la Rue des Pendus en contrebas. Une autre porte sur leur droite mène à une chambre dans laquelle se tient un homme d’une quarantaine d’années. Il est penché par la fenêtre ouverte et semble en examiner les montants …

Lorsqu’il prend conscience de la présence des PJs, il se retourne et vient à leur rencontre. Il porte ostensiblement sur le cœur, le blason impérial, il s’agit de l’Enquêteur Philibert de Ducey chargé de l’affaire par la Chancellerie d’Astélie :

            Philibert : « Ah vous tombez bien Madame la Chancelière Impériale. Il semble que la victime était en train de rédiger un message à l’attention d’un Dirigeant de votre Ordre lorsqu’il a été tué … Je crains que cette affaire n’ait des implications plus graves qu’il n’y paraît et … humm … il me faudra vous interroger à ce sujet … Si vous le permettez bien sûr … »

Il commence par donner l’identité de la victime : D’après le témoignage d’Ernest, le Gardien de l’Immeuble, la victime se nommait Constantin d’Orneton. Il travaillait au Collège des Arts Occultes en tant que Serviteur.

Il explique ensuite ce qu’il a déduit des indices qu’il a trouvés. Il pense que le meurtrier est entré par la fenêtre brisée de la chambre en grimpant le long de la gouttière ce qui pourrait indiquer qu’il s’agit d’un individu assez svelte et agile. La plaie constatée sur le corps a révélé que la victime a sans doute été frappée dans le dos par une lame assez large, probablement une épée courte ou même longue. Le Thanatologue le confirmera sans doute ; le corps lui a été livré il y a une heure au Temple d’Healmak. Philibert a l’intention de l’interroger une fois qu’il en aura fini avec la scène de crime …

La seule chose qu’il ne s’explique pas est une touffe de poil animal qu’il a retrouvée coincée entre la gouttière et le mur. Elle aurait pu appartenir à l’un des nombreux chats qui arpentent les toits de la Capitale Impériale, mais ces poils semblent plus épais que ceux d’un chat. Et même si cela peut paraître étrange, il a l’intuition qu’ils pourraient bien avoir été perdus par le meurtrier. Et c’est ce point qui le chiffonne. Il ne voit pas comment cela peut être possible. Le meurtrier ne peut pas être un animal ; il n’aurait pas pu ouvrir la fenêtre. Mais si le meurtrier est un homme cela signifie qu’il portait un manteau de fourrure et les PJs en conviennent avec lui : il ne s’agit pas d’une tenue particulièrement adéquate pour grimper à une gouttière. Il a également pensé qu’il pourrait s’agir d’un Gnârk mais l’ensemble des indices ne paraît pas confirmer cette hypothèse : Le meurtrier est agile, léger et silencieux ; les Gnârks sont généralement lourds, maladroits et désordonnés. Un Gnârk aurait sons doute fait tomber des objets sur son passage et aurait attiré l’attention de la victime plus tôt.

Or, l’appartement ne montre aucun signe de lutte ou de fouille. Il semble clair que le meurtrier venait pour tuer sa victime et non pour la cambrioler. Aussitôt son forfait commis il est parti sans rien déranger. Cela ne ressemble pas vraiment à l’acte d’un Gnârk. Et puis quel intérêt pourrait bien avoir un Gnârk à se risquer en plein cœur de la Capitale Impériale pour assassiner un simple serviteur ? Cela paraît bien improbable. Donc la question reste entière : le meurtrier était-il un humain portant un manteau de fourrure ou autre chose ?

Théodoria et Elrik savent que l’Enquêteur se trompe : des Gnârks du Totem du Rat par exemple pourraient très bien être capables d’un tel forfait. Mais quel bénéfice pourraient-ils tirer d’une entreprise aussi risquée ?

Philibert poursuit son exposé en mimant son discours, prenant tour à tour la place de la victime puis celle du meurtrier. Il pense que Constantin d’Orneton était en train de rédiger sa lettre au moment où il a entendu un bruit dans la pièce voisine. Voyant la vitre brisée dans la chambre plongée dans l’obscurité, il s’est précipité vers son bureau pour écrire ces cinq derniers mots qui semblent n’avoir aucun sens. Et c’est alors qu’il a été frappé dans le dos. Il s’est sans doute effondré sur son bureau faisant tomber sa lettre et permettant ainsi qu’elle reste dissimulée à la vue de l’assassin jusqu’à être retrouvée par l’Enquêteur.

Avant de se rendre au Temple de Healmak, et puisque Dame Théodoria lui fait l’honneur de sa présence, Philibert souhaite savoir si les derniers mots de Constantin d’Orneton signifient quelque chose pour elle. Il aura également besoin de son témoignage et éventuellement d’un accès au Temple de Kahil pour interroger le destinataire de la lettre …

Les cinq derniers mots écrits par Constantin (amour, campagne, page, sous, langue) ne disent rien à Théodoria mais évoquent à Keton le livre que l’a envoyé chercher son Maître et qui est d’ailleurs absent de la bibliothèque de la victime ; son titre est Un Amour en Campagne (388 AA) d’Hélène Whiteheart

Théodoria remercie l'Enquêteur pour son travail et le relève de cette enquête lui indiquant qu'elle va personnellement en prendre la suite.



Temple d’Healmak. Le corps de la victime.
Au Temple d’Healmak, les PJs sont conduits à la Morgue où le Thanatologue Kenalan McFerty (6), qui a procédé à l’examen du corps de Constantin d’Orneton, leur révèle qu’il a découvert sous la langue de la victime une feuille pliée sur laquelle sont inscrits des dizaines de chiffres incompréhensibles.

Il confirme également la cause de la mort de la victime : elle s’est vidée de son sang après avoir été frappée dans le dos par la lame d’une épée longue.

Avec l’aide du Comptable de Théodoria, les PJs comprennent que la feuille est un document faisant état du stock d’une marchandise nommée Aconit napel et permettrait de constater que celui-ci diminue de plus en plus vite depuis le Printemps 446.



Collège des Arts Occultes. Le Maître de Keton.
L’Archimage Anastaros Arzfeld reçoit les PJs à son bureau au sein de la prestigieuse Ecole de Magie de Basseclaire. Il prend note de la disparition mystérieuse de composants magiques dont il n’était pas informé et il promet d’ordonner une enquête pour faire la lumière sur cette affaire …



Haut Quartier, Rue des Diamants. Loup y es-tu ?
Les PJs décident ensuite d’explorer la piste donnée par Elrik Kligendal et se rendent dans la Rue des Diamants où un Loup-Garou aurait échappé à la filature d'un Patrouilleur Nivan.

Mais ils se rendent vite compte qu’il est quasiment impossible de trouver quelque chose d’utile. En effet, la rue est assez large et bordée par des dizaines de maisons nobles et bourgeoises. Sur un pavé finement agencé circulent, en un va-et-vient incessant, des carrosses de toutes sortes tandis que sur les trottoirs particulièrement propres comparés aux autres quartiers de la Cité Divine, flânent les Basseclairians les plus aisés de la ville sous le regard vigilant des nombreux Gardes Pourpres qui protègent ces précieux Citoyens de toute mauvaise rencontre.

Même si le Loup-Garou avait laissé une empreinte entre les pavés de la rue, il est fort probable qu’elle aurait rapidement été effacée par les piétinements incessants



Un Fossile, histoire de voir le Loup.
Se retrouvant un peu à court de piste, Théodoria décide d’examiner la lettre de Constantin pour essayer d’y percevoir une imprégnation spirituelle.

Elle reçoit alors une vision lui montrant le meurtre presque exactement comme l’a imaginé l’Enquêteur Impérial. Et notamment le fait que l’assassin est bel et bien un Loup mais pas un Garou. Il s’agit plus précisément d’un loup anthropomorphe armé d’une épée longue.

D’ailleurs, cette créature lui rappelle un personnage de littérature nommé Canteloup. Il est le héros d’une série de nouvelles et de romans très en vogue à la Cour de Rocsombre. Le récit se déroule dans un Univers imaginaire peuplé d’animaux anthropomorphes. Canteloup est un guerrier redresseur de torts capable de se fondre dans l’obscurité pour surgir de la nuit et se jeter par surprise sur les Méchants. L’œuvre comporte actuellement une dizaine d’ouvrages. D’autres pourraient paraître étant donné que l’auteure, une femme, est toujours en vie. Mais Théodoria ne connaît pas le nom de cette dernière.

Les Pjs décident donc se rendre à Rocsombre pour se renseigner …



Cour Impériale. Mathilde Toltenbeck.
Il ne leur faut pas longtemps pour apprendre que l’auteure des « Aventures de Canteloup » se nomme Mathilde Toltenbeck (4) [415]. Il s’agit d’une Ecrivaine de Solania qui réside à Basseclaire et fréquente assidûment la Cour Impériale où, grâce à ses œuvres, elle jouit d’une excellente position sociale. Elle est très admirée et suscite beaucoup le respect de ses pairs.

Lorsque les PJs cherchent à la rencontrer, ils la trouvent dans un salon où elle joue aux cartes avec d’autres Courtisans.

Théodoria demande à lui parler en particulier et Mathilde semble honorée que la Chancelière Impériale s’intéresse à ses œuvres.

Usant d’un tact admirable, les PJs l’interrogent sur son Univers Imaginaire et plus particulièrement sur son personnage Canteloup ainsi que sur l’éventuelle possibilité qu’il prenne corps dans le monde réel et se rende coupable d’un meurtre.

Mathilde explique qu’en effet les Solanians sont capables de se déguiser pour « devenir » les personnages de leurs histoires. Mais Canteloup n’est pas un meurtrier ; il ne tue jamais les Méchants. Jamais elle n’aurait permis que son personnage principal se change en un vulgaire assassin.

Selon elle, il n’y a qu’une seule explication : quelqu’un l’a plagiée et s’est servi de son personnage dans son propre univers. Le vrai meurtrier ne peut donc être qu’un autre Solanian

Cela pourrait être n’importe quel Solanian qui a lu ses œuvres et connaît bien son Univers Imaginaire ou peut-être encore l’un des habitués des Salons de Madame l’Archiduchesse lors desquels Mathilde a souventes fois discuté de ses histoires avec les autres invités. Certains d’entre eux pourraient détenir suffisamment de pouvoir pour accomplir ce genre d’ignominie.
Théodoria sait que les Salons littéraires de l’Archiduchesse de Winenground sont des réunions se déroulant dans ses appartements à Rocsombre ou, le plus souvent, à son Hôtel particulier dans le Haut Quartier de Basseclaire au 23 Rue des Diamants. Ces Salons rassemblent des femmes et des hommes lettrés de noble ou opulente origine ayant un goût prononcé pour les Belles-lettres, la Poésie, la Littérature et le Théâtre. Les participants sont des habitués ou des invités occasionnels de l’Archiduchesse. A l'instar de la puissance invitante, ils doivent s'engager à montrer de belles manières et éviter toute rancœur et toutes disputes aigres, rancunières et violentes, malgré des constats de différence et de désaccords évidents entre eux. Il s'y est développé un art de la conversation polie et de la discussion argumentée. Lors de ces rencontres les participants parlent de l’actualité, de philosophie, de littérature, de morale et d’art. Les « Salons mondains de l’Archiduchesse » sont devenus une activité incontournable pour les Courtisans et les Bourgeois de Basseclaire qui souhaitent se placer en bonne position à la Cour Impériale.

« A moins que … Oh par tous les Dieux ! Quel nom avez-vous dit ? Constantin ? Mon serviteur Théodore a un ami nommé Constantin. Il travaille au Collège de Magie, c’est bien cela ? Nous avons plaisanté à propos de ses jérémiades incessantes et … Madame l’Archiduchesse m’a posé tout un tas de questions à son sujet … Oh par les Dieux ! Elle m’a … Elle m’a demandé de me renseigner sur son Journal de Recherche … Ce n’est pas possible … Je ne peux y croire … Non oubliez ceci … Ce n’est qu’une coïncidence, quelqu’un d’autre aura sans doute entendu notre conversation … Cela ne peut être qu’une coïncidence … Elle est mon amie … Par pitié dites-moi que ce n’est pas ce que je crois … »

Les PJs lui demandent alors des précisions sur ses suppositions. Elle raconte alors s’être moquée des plaintes répétées de son serviteur Théodore à propos de la disparition mystérieuse de composants magiques au Collège des Arts Occultes. Son ami Constantin aurait décidé de l’aider et Madame l’Archiduchesse lui avait demandé d’interroger son serviteur au sujet des recherches de son ami. Et maintenant qu’elle y songe, elles ont moult fois parlé ensemble de Canteloup



Cour ImpérialeHéliane Longsword.
Les PJs décident alors de s’entretenir avec Héliane Longsword mais celle-ci est grandement occupée en compagnie de Sa Majesté l’Empereur.

Après avoir largement usé de son Influence, Théodoria obtient de l’Archiduchesse un entretien privé.

Lorsque les PJs la retrouvent chez elle dans sa suite à Rocsombre et abordent le meurtre de Constantin et les suspicions de Mathilde Toltenbeck, elle reste tout d’abord sans voix semblant hésiter entre la stupeur et la fureur.

Elle est évidemment innocente ! Comment la pensée de sa culpabilité a pu ne serait-ce que germer dans l’esprit de sa soi-disant amie !?

Elle détient effectivement le livre dont les PJs lui parlent : Un Amour en Campagne (388 AA) d’Hélène Whiteheart [332 AA – 410 AA]. C’est justement Mathilde qui le lui a offert hier soir lors du Salon littéraire qui se tenait à son Hôtel particulier. Elle n’a pas eu le temps de le lire, ni même d’y jeter un œil … L’ouvrage est posé sur l’une des étagères de la pièce, Héliane s’en saisit et le tend volontiers aux PJs …

Elle n’en revient pas d’être soupçonnée de la sorte, comme si elle, l’Archiduchesse de Winenground,  n’était qu’une vulgaire criminelle ! Comme si elle avait besoin de cela pour tenir son rang ! … Puis elle semble réfléchir …

« Mais attendez … » Serait-il possible que sa chère amie ait voulu la piéger ? Elle aurait commis ce meurtre et lui aurait offert la preuve de son forfait afin de la faire accuser ?

Elle semble soudain horrifiée : « Cette petite pimbêche aurait-elle orchestré toute cette affaire pour me discréditer et prendre ma place ? »

Ceci ne saurait rester impuni ! Elle demande alors à la Chancelière Impériale de prendre toutes les mesures nécessaires et de faire enfermer sur-le-champ cette ignoble conspiratrice !

Elle ajoute que si Théodoria parvient à régler cette affaire sans qu’elle-même en soit injustement éclaboussée, elle se considérera comme redevable envers l’ensemble du groupe des PJs.

Et justement, Galeon profite de cette soudaine générosité de l’Archiduchesse pour expliquer qu’il a été envoyé par son Ordre pour quérir auprès d’elle un document signé de sa main autorisant une cargaison nivane à quitter la Capitale de son Duché car celle-ci a été bloquée pour des raisons bassement administratives par la Chancellerie de Winenground.

Héliane Longsword accepte de signer et de lui remettre ce document à condition que la Chancelière Impériale fasse clairvoyante justice dans l’affaire de meurtre qui les a amenés …



L’Examen du Journal d’enquête de Constantin d’Orneton.
Les PJs constatent qu’à la place du célèbre roman à l’eau de rose, Un Amour en Campagne, que devait contenir les pages de l’ouvrage, celles-ci sont griffonnées de tableaux comprenant des dates et des quantités.
Ils comprennent alors que le roman sert en fait de couverture au fameux Journal de Recherche de Constantin d’Orneton et ils pensent qu’il leur faudra sans doute plusieurs heures pour en tirer toutes les informations qu'il contient.

Après 24 heures d’étude, les PJs finissent par réaliser que le journal fait état de six composants utilisés en quantité anormalement élevée lors de cette dernière année et que ceux-ci peuvent apparemment servir pour la pratique de la Magie noire. L’auteur de ce Journal, Constantin d’Orneton, a identifié 33 Mages qui utilisent manifestement une grande quantité de tous les ingrédients suspects. Mais la page où figurent sans doute les noms de ces Mages a été arrachée …

Théodoria utilise ensuite son pouvoir de Psychométrie sur le journal. Elle raconte alors aux autres PJs ce qu’elle a vu : Constantin a travaillé avec l’aide d’autres personnes, probablement d’autres serviteurs du Collège, sur l’étude de l’évolution des stocks de six ingrédients suspects. Il a fait des recherches sur ces derniers dans des livres d’herboristerie. Il a été assassiné par Canteloup le personnage imaginaire de Mathilde Toltenbeck. Et c’est bien cette dernière qui a volé le Journal de Recherche. C’est bien elle la meurtrière, malgré toute la sympathie que les PJs ont développé pour elle …



Epilogue.
Keton ramène le « roman » à son Maître.

Quant à Théodoria, elle doit désormais prononcer une juste sentence, seule condition à laquelle l’Archiduchesse de Winenground acceptera de signer le document qu’est venu chercher Galeon

_________________
Lorsqu'il disserte les sages s'abreuvent de ses paroles
Mais lorsqu'il fait silence, même les Oracles plongent dans l'incertitude.
Tel est Zortanos le Voyageur, dit le Sage Errant.
Revenir en haut Aller en bas
domlike
Président
domlike

Date d'inscription : 22/05/2007
Chronique d'Arhys : Al Borêt, Odys

Résumé des Épisodes précédents Empty
MessageSujet: Re: Résumé des Épisodes précédents   Résumé des Épisodes précédents EmptyLun 4 Mar 2019 - 11:33

(fin modifiée du coup ?)
Revenir en haut Aller en bas
Zortanos le Voyageur
Président d'honneur
Président d'honneur
Zortanos le Voyageur

Date d'inscription : 25/03/2005

Résumé des Épisodes précédents Empty
MessageSujet: Re: Résumé des Épisodes précédents   Résumé des Épisodes précédents EmptyJeu 7 Mar 2019 - 18:48

On en discute avec Phil y'a peut-être moyen de pas roll back ; il devrait peut-être remettre le journal quand même au Maitre Mage afin qu'il retrouve les 33 mages grâce à celui-ci.

J'attends sa confirmation.

_________________
Lorsqu'il disserte les sages s'abreuvent de ses paroles
Mais lorsqu'il fait silence, même les Oracles plongent dans l'incertitude.
Tel est Zortanos le Voyageur, dit le Sage Errant.
Revenir en haut Aller en bas
Leafstar
Trésorier


Date d'inscription : 15/03/2005

Résumé des Épisodes précédents Empty
MessageSujet: Re: Résumé des Épisodes précédents   Résumé des Épisodes précédents EmptyVen 8 Mar 2019 - 10:59

(en effet, la lecture du résumé de game aidant, l'affaire n'est pas finie... il reste les 33 mages ayant potentiellement usés de magie noir au Collège de Sorcier à débusquer. Ce journal va permettre de les retrouver rapidement via l'aide sans retenue du Collège de Sorcier... je m'en assurerais...).
Revenir en haut Aller en bas
Zortanos le Voyageur
Président d'honneur
Président d'honneur
Zortanos le Voyageur

Date d'inscription : 25/03/2005

Résumé des Épisodes précédents Empty
MessageSujet: Re: Résumé des Épisodes précédents   Résumé des Épisodes précédents EmptyVen 8 Mar 2019 - 18:34

Ok donc Théodoria a bel et bien remis le journal à Keton pour qu'il le rende au Maitre Mage.

_________________
Lorsqu'il disserte les sages s'abreuvent de ses paroles
Mais lorsqu'il fait silence, même les Oracles plongent dans l'incertitude.
Tel est Zortanos le Voyageur, dit le Sage Errant.
Revenir en haut Aller en bas
pierso
Membre du CA
pierso

Date d'inscription : 15/03/2005
Localisation : Cagalironne
Chronique d'Arhys : Gregorio Cagalirius, Prince Doré de Coranthe et Chancelier de Cagalironne, Régent par intérim de Cagalironne.

Résumé des Épisodes précédents Empty
MessageSujet: Re: Résumé des Épisodes précédents   Résumé des Épisodes précédents EmptyMer 20 Mar 2019 - 9:06

Très bien je ferais le nécessaire pour faire passer les infos

Envoyé depuis l'appli Topic'it

_________________
Pierso, l'homme au mille et un perso.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Résumé des Épisodes précédents Empty
MessageSujet: Re: Résumé des Épisodes précédents   Résumé des Épisodes précédents Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Résumé des Épisodes précédents
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumés des épisodes précédents
» Résumé des épisodes précédents
» Résumé des épisodes précédents
» TH + la vie est courte, souris tant que t'as des dents.
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
O.R.C.S. - Le Forum :: Les Games ORCS :: Chronique d'Arhys-
Sauter vers: